Pour des raisons d'ordre administratif, ce blog n'est à l'heure actuelle pas alimenté. Vous pouvez néanmoins consulter tous les articles antérieurs en cliquant sur les différents liens disponibles dans la barre latérale. Bonne promenade .... à tous les visiteurs !

samedi

Visite insolite au Musée Unterlinden de Colmar

Les autres photos sont visibles ici

C'est sous l'instigation de notre ami arcalien et trésorier du Musée, Robert SCHMITT, que nous avons eu,   exceptionnellement, le privilège de découvrir dans les réserves un florilège d'oeuvres et d'objets insolites .

Madame Pentxika de PAEPE, conservatrice en chef du Musée Unterlinden,  dirige la visite des réserves au deuxième étage du Musée en commençant par la présentation de la tête momifiée de  Pierre de Hagenbach...   Certitude - hypothèses ???


  • En 1469, l'archiduc Sigismond, qui représente l'empereur d'Allemagne en Alsace, a d'impérieux besoins d'argent. Charles le Téméraire lui consent un prêt mais réclame en gage une partie de la province. Dans la région concédée, il délègue un bailli, Pierre de Hagenbach. Sa cruauté est telle que les villes d'Alsace se hâtent de rembourser le Téméraire. Mais Hagenbach refuse de céder la place. Battu et fait prisonnier, il est condamné à avoir la tête tranchée. L'honneur de l'exécution revient au bourreau de Colmar. La tête de Hagenbach, momifiée, est conservée au musée d'Unterlinden, ainsi que le glaive du bourreau. (Source : Wikipédia)

j'ai obtenu de la part de Monsieur Benoît Belcourte, Attaché de conservation au Musée Unterlinden, la notice de l'expo "Histoire de squelettes" qui s'est tenue à Strasbourg en 2005 où la tête du bailli de Hagenbach était montrée. L'article complet , des plus intéressants, se trouve en cliquant ici



"" Qui fut Pierre de Hagenbach ?Né en 1423, originaire du village de Hagenbach où sa famille possédait un château, bailli de Charles le Téméraire en Alsace, ce chevalier sundgauvien fut détesté pour sa morgue et sa rigueur. Et en 1474, devant des milliers de spectateurs, le bourreau lui coupa la tête... la suite en cliquant ici





Elle a d'autres trésors intéressants à nous montrer et attire notre attention sur différents programmes de conservation ou de restauration. Captivant !

Nous descendons au premier étage où nous sommes confrontés à la beauté du Meuble  mémorial dédié à Joseph II, Empereur d’Autriche de 1765 à 1790, Allemagne ou Autriche, début du XIXe siècle. Le bâti de bois, les bronzes dorés, la pendule à automate et la boîte à musique ont été restaurés. Nous avons pu voir s'actionner, le mécanisme de ce meuble exceptionnel.

Plus loin,  nous découvrons Le Trésor des Trois Epis : Ce trésor fut découvert le 4 mai 1864 lors de travaux de nivellement de la place devant la chapelle Notre Dame des Trois Epis, enfermé dans un chaudron en  cuivre.  

Nous descendons au sous-sol dont les salles abritent la collection d'art moderne. (En attendant l'extension du Musée à l'automne 2013, la collection d'art moderne n'est pas visible en permanence). 
Cette collection donne à voir les grandes tendances des avant-gardes du XXe siècle, de l'après Seconde Guerre Mondiale et privilégie une relecture des peintres abstraits.
Nous sommes notamment restés un bon moment devant la belle tapisserie GUERNICA 1976 réalisée par  Jacqueline de la Baume-Dürrbach d'après le Chef d'oeuvre de Picasso.

Dans la salle où est exposé le Retable d'Issenheim  Madame Pentxika de PAEPE nous a amenés devant un retable et nous avons pu admirer la magie  de la restauration, vision étayée par un discours des plus passionnants. En cours de réalisation,  nous pourrons admirer dans le futur les résultats de ce travail fastidieux.

A côté du Retable d'Issenheim est installée une copie sculptée  pour les non-voyants réalisée par l'atelier du sculpteur Jean-Jacques ERNY de Colmar.

...  et c'est autour de la maquette de l'extension du Musée que nous avons pris connaissance du projet dont nous verrons l'achèvement en 2013.

"" Le projet d’extension du musée d’Unterlinden a été confié au cabinet d’architecture bâlois Herzog & De Meuron. Le futur musée s’étendra sur une surface globale de 7 900 m², comprenant l’actuel bâtiment, les anciens bains municipaux entièrement restructurés ainsi qu’un nouveau bâtiment en briques destiné à l’art du XXe siècle.
Trois temps architecturaux et muséologiques seront mis en valeur : la chapelle abritant le retable d’Issenheim de Matthias Grünewald et le cloître accueilleront les collections médiévales ; les anciens bains celles du XIXe siècle ; les collections du XXe siècle ainsi que les expositions temporaires seront présentées dans le nouveau bâtiment. ""

Après-midi culturelle bien remplie dans "notre"  très beau Musée Unterlinden. 

Merci Monique pour ces moments intenses et aussi ... merci au Comié pour le traditionnel pot de l'amitié qui nous a tous réunis autour du  jus de pomme et du non moins traditionnel gâteau à la cannelle dénommé, si je ne m'abuse, le "Langhopf" ???


Blogger

Aucun commentaire: