Pour des raisons d'ordre administratif, ce blog n'est à l'heure actuelle pas alimenté. Vous pouvez néanmoins consulter tous les articles antérieurs en cliquant sur les différents liens disponibles dans la barre latérale. Bonne promenade .... à tous les visiteurs !

lundi

Jeux de cartes et d'échecs à la "Canardière"



cliquez sur les photos pour les agrandir

Ils sont nombreux les Arcaliens de Colmar à pratiquer le bridge, la belote, le tarot, le skat, les échecs ...   et c'est aujourd'hui qu'ils se sont retrouvés, en grand nombre, à l'étang de la CANARDIERE à Guémar.

Les joueurs ont apporté leurs jeux de cartes, boîtes d'annonce, échiquiers, tapis, papiers,  crayons... et c'est dans la bonne humeur, qu'ils ont partagé leur passion commune du jeu.


Le Président de l'Association "La Canardière" a mis gracieusement à leur disposition tables, bancs ...  et ils ont acheté sur place des saucisses chaudes avec pain et moutarde, frites, salade, desserts ... boissons ... l'après-midi étant consacrée aux jeux.

Quelques photos souvenirs en
cliquant ici

Pour les curieux un peu d'histoire :

CANARDIERE - XVIIe siècle
Située à mi-chemin de Guémar et d'Illhaeusern, la Canardière, ou Entenkoog, a été créée par les Seigneurs de Ribeaupierre, chasseurs et pêcheurs passionnés. Cet ingénieux piège à canards sauvage est mentionné dès 1728. L'étang, peu profond, s'étend sur un  hectare, au centre d'un terrain rectangulaire de 4 hectares de prés, plantés d'ormes, de chênes, de frênes ...Le fossé d'eau qui entoure le site est alimenté par un affluent de l'Ill et est équipé de petites écluses permettant de règler la hauteur d'eau de l'étang. Les canaux coudés aménagés à chaque angle du plan d'eau se terminent en entonnoir de 60 à 70 centimètres de longueur et de 5 mètres de largeur à leur embouchure. Ils étaient surmontés d'arceaux en fer recouverts de filets. La chasse avait lieu de novembre à février. Leurrés par des canards domestiques appâtés par la nourriture et excités par de petits chiens dressés, les canards sauvages s'engouffraient dans les canaux.  
Les prises étaient conséquentes, de 2 000 à 3 000 en période habituelle à près de 7 000 captures en période exceptionnelle.
Vendue comme bien national pendant la Révolution, la Canardière devient la propriété de la commune avant de passer, bien plus tard, en des mains privées. Depuis 1953, l'étang a réintégré le patrimoine communal et est devenu un lieu de pêche et de promenade.

Tous les ans au mois d'avril, tradition obligeant, les membres de l'association de protection de l'étang se retrouvent pour un nettoyage de fond après l'hiver au cours duquel les installations restent en veilleuse : nettoyage des locaux, mais également des extérieurs et remise en place du mobilier urbain. Un repeuplement important en truites est  prévu pour la réouverture  du site.
Pour les non initiés aux cartes une jolie balade  "suggérée" sur le sentier botanique autour de l'étang.
Blogger

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Beau reportage! Celà donne envie de rejoindre le groupe! Simone